Qu’est-ce que le CBDV ou Cannabidivarine ?

Vous n’êtes pas sans savoir que, hormis le THC et le CBD, les chercheurs s’intéressent de plus en plus aux cannabinoïdes secondaires tels que le CBDP et le CBDV. Dans cet article de blog, nous allons nous focaliser sur ce dernier, qui commence à faire parler de lui en raison de ses propriétés non psychoactives et ses bienfaits potentiels en matière d’autisme et d’épilepsie.

Nous allons aborder son origine et sa particularité, ce qui le diffère des autres cannabinoïdes tels que le CBD et le CBDP, son potentiel thérapeutique, ainsi son statut juridique en France. Cette molécule de chanvre possède des propriétés thérapeutiques très prometteuses dans le domaine médicinal, alors elle mérite une attention particulière !

CBDV (cannabidivarine) : origine et particularité

Le CBDV, connue également sous le nom de cannabidivarine ou cannabidivarol, est un des cannabinoïdes non psychoactifs et minoritaires composant la plante de cannabis. Découvert en 1969, elle est surtout présente dans certains haschischs népalais et dans certaines variétés Indica du nord-ouest de l’Inde.

Le CBDV possède une structure chimique similaire à celle du CBD, avec 30 stéréoisomères et 7 isomères de double liaison. C’est au niveau de leur chaîne latérale qu’il y a une légère différence. La chaîne latérale du CBDV ne comporte que deux groupes méthyles (CH2) et sa structure moléculaire est composée de 4 atomes de carbone, plus courte que celle du CBD qui possède 5 atomes de carbone. Globalement, le cannabidivarine agit de la même manière que le cannabidiol sur le corps.

Cependant, selon des études, il interagit avec les récepteurs TRPV1 et TRPV2 et, par conséquent, aurait des propriétés et des effets qui lui sont propres.

Quelle est la différence entre le CBD, le CBDP et la CBDV ?

Le CBD est un des cannabinoïdes les plus abondants dans le cannabis sativa et le premier à avoir été découvert par les chercheurs. Pour rappel, c’était le chimiste américain Roger Adams qui l’avait découvert pour la première fois dans les années 40. Cette molécule de cannabis interagit avec les récepteurs CB1 et CB2 du système endocannabinoïde, permettant au cerveau de libérer de la sérotonine et des endorphines, des hormones dites “du bonheur”, d’où ses nombreuses propriétés (anxiolytique, relaxante, anti-inflammatoire, antalgique, analgésique, etc.).

Le CBDV ressemble beaucoup au CBD et semble même procurer certains effets associés à ce dernier. Toutefois, étant donné qu’il interagit avec les récepteurs TRPV1 et TRPV2, comme susmentionné, il aurait aussi un impact sur les processus physiologiques liés aux fonctions neurologiques. C’est la raison pour laquelle il serait prometteur dans le traitement des troubles neurologiques tels que l’épilepsie. Le CBD et le CBDV ont une certaine similarité, mais ont également des propriétés qui leur sont propres. C’est pour cela que certains chercheurs affirment que les associer pourrait être très avantageux.

Le CBDP, quant à lui, a une chaîne latérale un peu plus longue que celle du CBD et du CBDV, et serait donc plus puissant et aurait une meilleure biodisponibilité que ces derniers. Il est à noter que le cannabidiphorol possède un groupe hydroxypropyle attaché à sa chaîne latérale, lui permettant de mieux se lier aux récepteurs cellulaires du système endocannabinoïde.

Contrairement au cannabidiol, le CBDV et le CBDP sont considérés comme des cannabinoïdes mineurs, car ils sont présents à l’état de traces dans la plante de chanvre.

Quels sont les potentiels effets de la cannabidivarine (CBDV) ?

Des études préliminaires ont mis en avant le potentiel thérapeutique du CBDV. Une étude réalisée sur des rats et des souris a, par exemple, démontré que ce cannabinoïde possède une propriété anticonvulsivante, grâce à son interaction avec les récepteurs TRPV. Des chercheurs britanniques ont déclenché une crise d’épilepsie chez ces rongeurs et leur ont administré de la cannabidivarine. Le résultat était prometteur.

Une autre étude menée sur des souris a mis en avant l’efficacité de cette molécule dans le traitement du syndrome de Rett. Il semblerait que la CBDV pourrait soulager les symptômes de cette maladie neurodégénérative et génétique rare, qui altère le développement du système nerveux central (SNC). Après 14 jours de traitement, les résultats ont démontré un ralentissement de l’atrophie cérébrale et une amélioration de la santé globale des rongeurs. Il est à noter que l’entreprise GW Pharmaceuticals avait aussi réalisé une étude sur le sujet, ainsi sur les possibles applications de ce cannabinoïde dans le traitement du trouble du spectre de l’autisme (TSA).

Hormis le syndrome de Rett, l’épilepsie et le TSA, la cannabidivarine serait également efficace pour soulager les nausées et les vomissements, car il aurait des propriétés antiémétiques.

Jusqu’ici, les recherches sur les potentiels effets du CBDV sont encore très limitées, car la plupart d’entre elles étaient effectuées sur des animaux. Cependant, les premiers résultats sont encourageants. L’avenir de cette molécule semble être très prometteur, d’autant plus qu’elle est dénuée d’effet psychoactif et psychotrope.

Est-ce que la vente et la consommation de CBDV sont légales en France ?

Le CBDV ne figure pas sur la liste des stupéfiants, ce qui signifie qu’il n’est pas interdit de vente et de consommation en France. Pour l’instant, dans les textes de loi français, il n’y a aucune mention spécifique sur ce cannabinoïde. Ce sont les THC et les HHC qui ont été prohibés officiellement par la législation française, en raison de leurs propriétés psychoactives et psychotropes.

D’ailleurs, le CBDV est très proche du CBD, qui est jusqu’à maintenant le seul cannabinoïde reconnu par la législation. Quoi qu’il en soit, nous vous recommandons d’être toujours à l’affût des réglementations en vigueur, qui peuvent changer à tout moment.

Conclusion

Le CBDV est un cannabinoïde non psychoactif très proche du CBD. Elle suscite l’intérêt des chercheurs à cause son affinité particulière pour les récepteurs TRPV1 et TRPV2. Des études récentes ont découvert son efficacité dans le traitement de certaines maladies neurologiques et ses propriétés antiémétiques.

Pour l’instant, les recherches ont été uniquement effectuées sur des animaux et, par conséquent, d’autres études sont encore nécessaires pour avoir davantage d’informations sur ce cannabinoïde secondaire. Bien que les recherches sur la cannabidivarine n’en sont qu’à leurs débuts, les premiers résultats sont très prometteurs. Qui sait, peut-être qu’un jour, elle sera utilisée dans le domaine médicinal et qu’elle sera aussi reconnue que le CBD.

0
0
PANIER
Votre panier est videRevenir au shop
Calculer les frais d'expédition
Ajout d'un code promo
Codes promo disponibles
cbd40 Obtenez 40% de réduction
first order discount Obtenez 10% de réduction
hello10 Obtenez 10% de réduction
Code indisponible
barbe20 Obtenez 20% de réduction
bert40 Obtenez 40% de réduction
fb30 Obtenez 30% de réduction
gpen Obtenez 10,00  de réduction
halloweed Obtenez 40% de réduction
hello20 Obtenez 20% de réduction
high30 Obtenez 30% de réduction
hightlove Obtenez 30% de réduction
jack5 Obtenez 0,00  de réduction
jungle10 Obtenez 0,00  de réduction
lafamille Obtenez 20% de réduction
lulu50 Obtenez 50% de réduction
max50 Obtenez 50% de réduction
melinda20 Obtenez 50% de réduction
nacer10 Obtenez 10% de réduction
nepal15 Obtenez 0,00  de réduction
noel50 Obtenez 50% de réduction
Suggestion de produits
Suggestion de produits